Communiqué : Un putsch contre MBS ? (24/4/18)

Communiqué : Une tentative de putsch contre Mohammed Ben Salman ?

 

Le 21 avril dernier, une violente fusillade a éclaté dans le palais du prince héritier, Mohammed ben Salman à Riyad, lequel a été exfiltré, avec son père, vers une base américaine sécurisée. Les bâtiments ont été bloqués puis encerclés pendant plusieurs heures.

Deux versions circulent dans les médias et les réseaux sociaux saoudiens :

1-Un drone de loisir aurait simplement survolé le palais, déclenchant ainsi la sécurité et des tirs de la part des gardes.

2-Un officier de la garde, armé d’une arme lourde de calibre 50 mm, aurait tenté de mettre fin aux jours du prince Mohammad.

Quoi qu’il en soit, les timides réformes engagées par le prince et surtout son putsch constitutionnel par lequel il a pris le titre d’héritier (qui ne lui revenait pas) concourent à fragiliser considérablement la monarchie saoudienne, déjà enlisée dans la guerre au Yémen. Son rapprochement récent avec Israël scandalise tout le monde musulman, alors que Riyad est protecteur des deux villes saintes de l’islam.

Parce qu’il menace le pilier du pays qu’est le wahhabisme, Mohammed ben Salman doit renforcer le second pilier, à savoir la monarchie. Or, en faisant cela, il crée un système autocratique nullement dans la tradition saoudienne, qui a toujours été une monarchie clanique équilibrée, où chaque famille du clan régnant obtient le pouvoir à son heure. Pour affirmer son autorité, le jeune prince a dû multiplier les purges au sein du clan des Séoud, fédérant contre lui des mécontents puissants : princes et religieux. La stabilité interne du système politique est donc menacée, d’autant que les failles policières et sécuritaires sont avérées.

La situation actuelle n’est pas sans rappeler l’époque du roi Fayçal (1964-1975). Le monarque avait multiplié les gestes réformistes dans les domaines politique, social et économique. Or, ces évolutions rencontrèrent l’opposition frontale du mouvement Sahwa (le « réveil »), un courant rigoriste inspiré à la fois par le wahhabisme traditionnel et les Frères musulmans. La Sahwa exigeait une application plus rigoureuse de l’islam en Arabie Saoudite, un contrôle du système politique et une lutte contre les influences occidentales. Après l’assassinat de Fayçal par son propre neveu (pour des raisons inconnues), le mouvement parvint de fait à imposer un certain retour au rigorisme, tout en étant réprimé dans les années 1990, en raison de sa contestation politique.

Or, MBS suscite aujourd'hui le même type de réactions. Le risque est grand que le clan royal soit directement attaqué, ou qu'une nouvelle Sahwa prenne les couleurs de Daech...

 

Ajout du 22 mai : Ces analyses ont été confirmées par le site Middle East Eye.

Ajouter un commentaire